Attention aux sentiments 37


Pas d’état d’âmes sur le blog qu’on avait dit. Oui mais voilà, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, et dans cette catégorie, je me défends plutôt bien.

Le temps passe, le train de la vie aussi. Avec du bon et du mauvais plein les wagons. Comme chez tous, hein ! Personne n’a l’exclusivité ni le monopole de la joie ou la tristesse.

Je vois la vie plutôt du bon côté mais j’ai le mal des sentiments parfois. Voilà que je me prends à inventer des maux. La folie vous guette madame la Crevette.

sentiments

Pourquoi se retenir de pleurer quand la tristesse nous assaille ? Pourquoi vouloir tout dédramatiser en permanence ? Pourquoi ne pas accepter les colères et le ras le bol des autres ? Pourquoi les obliger à garder leur sang froid dans les situations du quotidien où il apparait « normal » de lâcher prise ?

Pourquoi toujours croire que derrière les dires des gens, il y a certainement une bonne raison à ces discours ?

NON, des c.. ils en existent, et ils n’ont pas toujours de bonnes raisons de l’être.

Pourquoi vouloir toujours tout contrôler ?

Cette impression d’être hermétique aux sentiments et contradictoirement voir ces larmes qui arrivent trop vite, brutalement, parfois quand il ne faudrait pas ?

Cette peur des conflits et ce mal être associé…

Peur de se découvrir faible, peur de ne pas réussir à gérer les émotions, la joie comme la peine, la colère comme l’indifférence, le dégoût comme la tendresse…

Cette empathie parfois trop forte.

– Je suis tout et son contraire –

Cette retenue permanente.

Ce téléphone que j’utilise beaucoup plus pour les « gadgets » que pour son utilisation première. Ce temps que je ne prends pas pour appeler ceux qui comptent…
Je ne sais pas faire… je préfère écrire.
Est-ce que je le fais mieux ? Est ce que ça fonctionne quand même ?
Pensent-ils que je ne prends pas assez le temps de leur prouver que je pense à eux… que je choisis la simplicité de poser des mots sur papier (qu’il soit virtuel ou non) ?
Pensent-ils que je me « contente » de ça par paresse ?
Mais, est ce que moi, je me demande, si eux, se « contentent’ de ça ?
Ces mots et ces non-dits leurs suffisent-ils ?

Je ne pense pas arriver à faire autrement, cela me paraît très difficile. L’expérience de la vie aidant, peut être que je deviendrais plus à l’aise avec tout ça. Bientôt…

– Apprendre à partager un peu de ses sentiments sans avoir l’impression de se mettre à nu –

– Docteur, je viendrai vous rendre visite, mais pas tout de suite, je crois que je grandis –

Merci Carène pour ta bienveillance et ton avis sur le sujet.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

37 commentaires sur “Attention aux sentiments