La légitimité des sentiments 2


« Sur une échelle de 1 à 10, à combien évaluez-vous votre degré de douleur émotionnelle ? »

barbelé

Un sentiment peut-il être évalué ? Se doit-il d’être légitime ?

Il est plus facile, plus « normal » aux yeux des gens de se réjouir d’un bonheur que d’être légitime dans la tristesse. Partager une bonne nouvelle est évident, en partager une triste est plus délicat.

Les mots manquent, on prend soin de les manier avec justesse… et pourtant ils arrivent qu’ils se posent maladroitement. Faut-il pour autant se taire ?

Le poids des mots…

Les gestes sont retenus, aussi.

Il est des moments où nous souhaiterions prendre dans nos bras ces proches, ces amis qui traversent une période difficile.  Est-ce la pudeur, la timidité, l’éducation qui nous retiennent ?

Je ne sais pas. Le fait est que je fais partie de ceux qui ont toujours du mal à accepter une tristesse, quelle qu’elle soit. Je me dis en permanence que ce n’est pas si « grave », qu’il faut aller de l’avant. Que tellement d’autres ont de « vraies » raisons d’être tristes. Je me cache. Je souris. Je fuis… je fuis quoi ?

J’ai certainement tord, je le sais.

Car oui, les sentiments sont légitimes. Un enfant va pleurer un jouet égaré ou cassé alors que pour nous finalement, ce n’est qu’un bout de plastique… Sa tristesse n’a d’égale que l’intérêt qu’il portait à cet objet.

Nous grandissons, nos émotions évoluent.

« Il faut savoir prendre le temps d’être triste » me disait une sage personne (Isa si tu nous regardes ;-))

Oui, il le faut. Sans pour autant s’enfermer dedans.

 

Ne pas cacher ses sentiments, exprimer ses émotions n’est pas chose aisée. Et pourtant, c’est ce qui va nous permettre d’avancer et d’attraper les mains qu’on nous tend.

Que l’on soit réservé, expansif, fragile, fort ou illusionniste, les émotions nous façonnent. N’en ayons pas peur.

Orchidée


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “La légitimité des sentiments

  • Christelle

    C’est beau ce que tu écris.
    C’est difficile de passer outre ces codes absurdes qui nous obligent à ne pas entrer en contact physique en dehors des convenances.
    Et pourtant ça fait du bien. Juste un geste peut remplacer un long discours. Tout dépend de sa culture, de son pays.
    Pour la tristesse, je crois qu’elle ne se manifeste pas de la même façon chez tout le monde. Avec le temps, je sens que je m’endurcis et ce qui me faisait mal hier ne me fait plus aucun effet.
    Même les plus durs des chocs. C’est effrayant.
    Par contre je suis une hystérique parfois. Quand ça m’exaspère je crache tout et je vide le sac!!!!
    Et puis je suis une fontaine devant la beauté de la nature et quand la joie me submerge.
    Encore un truc qui n’a pas de norme…

  • LN

    Si deja tu reconnais tes sentiments et les raisons de leur survenance, c’est énorme.
    Accepter ses sentiments est l’étape 2.
    Enfin, les exprimer, pour les extérioriser et les laisser nous quitter…
    Tout un travail pour un pudique n’est ce pas? 😉