Le repas en famille 16


Voilà un repas ou pour être plus précise, un dîner, comme ils s’en passent régulièrement chez les Crevettes (et chez beaucoup d’entre vous aussi j’imagine… j’espère… ça me rassure).

Épique, intense nerveusement et chaotique niveau organisation, asseyez-vous et prenez vos couverts, je vous souhaite un excellent appétit.

Nous nous mettons à table, nerveusement tranquillement  après avoir essuyé quinze quelques refus de Grande Crevette et essayé de faire patienter Petite Crevette en chantant « Un petit escargot » à tue tête dans la cuisine – Papa Crevette coupant finement la courgette et moi même négociant (encore) la venue de Grande Crevette à table.

Nous voilà installés – première intervention de Grande Crevette : « Heu, non le concombre c’est bon, j’ai déjà goûté, je n’aime pas du tout ». En revanche ses yeux regardent en direction d’un morceau de saucisson ne demandant qu’à se faire engloutir.

saucissonPetite Crevette, quant à elle, scrute son assiette « rose-blanche-verte », conséquence d’un subtil mélange : saucisse-riz-courgette.
Cuillère à portée de main, elle plonge donc ses doigts dans l’assiette afin d’en extraire les petits bouts roses et de les enfourner un par un dans sa bouche #MIOUM… laissant seuls, grains de riz et bouts de courgettes à leur cohabitation d’un soir.

En face, Grande Crevette, enfin servie, mange son bout de saucisson, quelques grains de riz, sa saucisse, le tout ponctué d’un récit décousu de sa journée.

Petite Crevette n’ayant que très peu d’intérêt pour cette discussion, agite son bras gauche afin de désigner sa voisine de table – la flûte longue : « Pain, pain, pain ! », trois fois. Pourquoi ? Nous l’ignorons.
Elle crie, pleure, jugeant le temps de découpe du pain trop long. Puis se met à rire en s’apercevant que ses fesses, en glissant sur la chaise, sont attirées irréfutablement vers le sol. Newton si tu nous regardes…

Je tiens à préciser que le mélange pleurs/rires est assez irritant pour nos esgourdes de parents.

Un bout de pain et 100 ml de lait plus tard, Petite Crevette réclame une compote ou plutôt une ‘ptote. Grande Crevette veut aussi une compote : « il n’y en a plus ma puce »« Si je veux une compote »« Non, il n’y en a plus, nous en rachèterons. Si tu veux, tu peux prendre une pomme ou une banane »« Non, une compote ! »« Ok, va voir dans le frigo, il n’y en a plus ! »… notre fille : saint Thomas !
Elle y va, elle voit : « Ok, je veux une pomme alors… toute entière la pomme ! »« Oui, pas de problème ».

Un bout, deux bouts, trois bout de pomme plus tard… Petite Crevette veut elle aussi un bout de pomme. « Tiens » – Je lui tends le morceau de fruit, elle grignote… et… recrache… et… en redemande. – « Non, là tu vois, ça ne va pas être possible, tu descends, le repas est terminé pour toi ». 

Papa Crevette, entre-temps, fait des allers et venues cuisine/frigo/table/micro_onde assurant l’intendance.

… Avant dernier bout de pomme pour Grande Crevette, assise diamétralement opposée à moi…oui, c’est important, TADAMMM… PLOUF, dans la sauce vinaigrette !

« Ahahahahahah »rires groupés -. On rince. « Oh, elle a le goût de la sauce! »« heu.. et c’est grave ? »« Pas du tout grave ». Ouf, tout va bien !

Et nous… nos assiettes… froides… forcément. Tant pis !

🙂


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 commentaires sur “Le repas en famille